VIEILLIR AUJOURD’HUI

Des mo(n)des recomposés?

Sylvie Carbonnelle, Dominique Joly
Intellection 
SOCIOLOGIE VIEILLESSE 

Constitué à partir de recherches francophones dans différentes disciplines des sciences humaines et sociales, cet ouvrage questionne l’évolution et la diversité des formes du vieillir. Il propose d’examiner la manière dont la période actuelle, les lieux et les espaces, les milieux sociaux et les conditions de vie, le genre et les normes morales configurent des vieillesses différenciées et des mondes en recomposition permanente.

Broché – format : 13,5 x 21,5 cm
ISBN : 978-2-8061-0393-2 • 23 mai 2018 • 226 pages 
EAN13 : 9782806103932
EAN PDF : 9782806109606 

 

 

 

 

 

 

 

Références

« L’éthique en chemin »

Serge Vidal, Véronique Grandjean, Michel Vanhalewyn, Cécile Bolly ( 2004 )

 

Résumé : 

A partir de leur expérience de confrontation avec la maladie, la souffrance, la vieillesse, la mort, les soignants demandent de plus en plus souvent d’être accompagnés pour y accueillir leurs doutes et leurs questions, pour en amplifier l’écho, pour en dessiner le sens. Ils expriment le besoin d’être soutenus dans leur réflexion, leurs prises de décision, leur recherche d’une attitude éthique au quotidien. Ce livre est là pour eux et pour tous ceux qui se sentent une âme de soignant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Références

« L’éthique organisationnelle dans le secteur de la santé »

Michel Dupuis ( 2014 )

 

Résumé : 

Sans qu’il soit question de dépasser ou de mésestimer l’éthique clinique et l’éthique de la relation soignante, le temps est venu aujourd’hui de construire une éthique organisationnelle dans le secteur de la santé. II s’agit ainsi d’ajouter à l’éthique de la relation personnelle celle du travail collectif. Michel Dupuis contextualise les pratiques et vise à considérer les situations réelles de soins, les ” soins en situation “. D’autres valeurs apparaissent alors et, avec elles, d’autres exigences, qui s’inscrivent dans une politique et une économie des soins. L’éthique organisationnelle prend notamment en compte les techniques de management, les styles de leadership, les politiques institutionnelles, le climat éthique des organisations de soins, hospitalières et autres. Comme Ricoeur l’a montré, on ne perd rien de l’éthique en visant le niveau politique et collectif d’organisation. En passant d’une relation ” courte ” à autrui à une relation ” longue ” aux autres, on n’abandonne pas le souci de la rencontre singulière, mais on s’organise pour la rendre possible à chaque fois que se présente un nouvel autrui, anonyme, inconnu. II s’agit donc toujours de prendre soin de personnes singulières, mais en visant le collectif qui a droit à la justice, à la reconnaissance, au partage des ressources. A ce niveau organisationnel, le professionnel trouve une position nouvelle : comme le patient, il a droit, pour lui-même, à une organisation juste, motivante, reconnaissante, légitimement exigeante. L’éthique organisationnelle, c’est le principe de réalité qui rejoint l’idéal soignant et qui le réalise, au moins un peu, dans les conditions concrètes des situations. Ce livre s’adresse à tous les soignants confrontés au quotidien aux organisations du système de santé ainsi qu’à tous ceux qui les font vivre, décideurs, gestionnaires, cadres, comme patients.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références

« Ces troubles qui nous troublent »

Jérôme Pellissier ( 2010 )

 

Résumé : 

Refus de manger, agitation, conflits lors des soins, errance… : nombreux sont, dans la maladie d’Alzheimer et les autres syndromes démentiels, les phénomènes réunis sous l’expression de « troubles du comportement ». Ces troubles, sources d’épuisement et d’incompréhension, constituent une difficulté majeure pour les professionnels et les proches qui accompagnent et prennent soin des personnes malades.

Nous savons aujourd’hui qu’une part importante de ces comportements dépendent du regard que nous portons sur eux : nous dérangent-ils seulement ou nous disent-ils quelque chose ? Reconnaître ces conduites troublées comme des modes d’expression, en lien avec la manière dont la personne perçoit son environnement, avec ses difficultés de communication verbale, avec son identité, ses peurs et désirs… permet dans bien des cas de les prévenir et de les apaiser.

L’auteur développe ici des pistes de réflexion et d’action destinées à mieux ajuster nos manières de communiquer et de prendre soin des personnes présentant une maladie d’Alzheimer ou un syndrome apparenté, pour diminuer ainsi leur souffrance et celle de leur entourage.

 

 

 

 

 

 

 

 

Références

« Le mythe de la maladie d’Alzheimer : Ce qu’on ne vous dit pas sur ce diagnostic tant redouté »

Peter J. Whitehouse / Daniel Georges ( 2009 )

 

Résumé : 

Le Professeur Peter Whitehouse va transformer la manière dont nous concevons la maladie d’Alzheimer. Dans ce livre provocant et révolutionnaire. lui et Daniel George remettent en question la conception classique des pertes de mémoire et du déclin cognitif, ainsi que les traitements actuels de la maladie d’Alzheimer, tout en proposant une nouvelle approche pour comprendre et repenser ce que nous croyions connaître sur le vieillissement cérébral. Le mythe de la maladie dAlzheimer fournit des réponses aux questions que des millions de personnes ayant reçu le diagnostic de maladie d’Alzheimer – ainsi que leurs familles – sont impatientes de connaître : La maladie d’Alzheimer est-elle une maladie ? Quelle est la différence entre le vieillissement cérébral naturel et la maladie d’Alzheimer ? Quelle est l’efficacité des médicaments actuels contre la maladie d’Alzheimer ? Existe-t-il d’autres types d’interventions pouvant contribuer à maintenir la vivacité de nos esprits vieillissants ? A quoi ressemblerait un monde sans maladie d’Alzheimer et comment pouvons-nous y aboutir ? Etayé par des données scientifiques, rempli de conseils et d’informations pratiques et pétri d’espoir, Le mythe de la maladie d’Alzheimer nous libérera de cette étiquette écrasante, nous apprendra comment aborder au mieux les pertes de mémoire et nous expliquera comment différer certains des effets normaux du vieillissement.